Comment s’en sortir avec un bébé quand la famille est loin

Il y a plusieurs années maintenant, j’ai décidé de suivre mon homme et de vivre loin de ma famille. Cela n’a pas toujours été évident, même si j’adore ma région d’adoption. Je me plais beaucoup dans le Sud Ouest : le climat, l’accent, les lieux touristiques, le Canal du Midi… Mais voilà, je ne vois pas souvent ma famille. Et depuis la naissance de mon Petit Trotteur, le manque de mes proches se fait ressentir davantage. Heureusement, il existe une solution à chaque problème. Si bien que j’ai trouvé une super idée pour réunir toute la famille et passer du temps tous ensemble. Comme ça, mon petit gars profite de mamie, papy, tata, tonton, les cousins  le plus possible. Vous voulez en savoir plus ? Cela tombe bien, cet article « Vivre loin de sa famille quand on a un bébé » est pour vous !

 

Idée pour voir sa famille qui vit loin

Au quotidien, vivre loin de sa famille se révèle ultra compliqué quand on a un enfant. Bien sûr, il y a le téléphone, les réseaux sociaux, Skype… Mais, rien ne remplace le contact direct. Et ce n’est pas derrière un écran que votre maman va pouvoir garder bébé. Alors, il faut composer avec les moyens du bord et faire du mieux que l’on peut, c’est-à-dire avec la fatigue et l’envie pressante de souffler un peu (c’était quand déjà la dernière fois où je suis allée au restau et au ciné ? Euh…).

Avant de devenir maman, je rendais visite à ma famille deux fois par an. Généralement, pendant les congés d’été et durant les vacances de Noël. Et puis, lorsque mon Petit Trotteur a pointé le bout de son nez, j’ai eu envie de bousculer le calendrier. Il faut impérativement que bébé puisse connaitre sa famille et se créer des souvenirs avec elle. Alors, j’ai proposé à mes proches de se retrouver dans une grande maison le temps d’un week-end. Et figurez-vous que l’idée a plu un peu, beaucoup… En six mois, on a déjà fait deux séjours tous ensemble et on ne compte pas s’arrêter là !

 

Louer un gîte pour réunir la famille : comment faire ?

Et là, vous allez me demander : « Très bien, mais comment s’y prendre pour que tout se passe bien ? ». Sachez d’abord qu’il y a plusieurs conditions à remplir pour que tout le monde reparte avec le sourire jusqu’aux oreilles.

Le type de location : maison, gîte, chambre d’hôtes…

Déjà, oubliez les chambres d’hôtes qui ne se prêtent vraiment pas aux retrouvailles. Passez par des plateformes comme Airbnb pour dénicher une location à un bon prix. De mon côté, je préfère les gîtes de grande capacité. Il en existe des sympas dans des lieux tranquilles. Comme on est plusieurs, il y a moyen de s’occuper. Il suffit de penser aux jeux de société et autres animations  (loto improvisé, belote…) en cas de mauvais temps.

Et puisqu’il ne faut léser personne, choisissez plutôt un gîte qui se trouve à égale distance. Personnellement, nous retrouvons la famille en Dordogne ou en Corrèze. Cela nous fait environ 2h30/3h de route chacun. Pour ce qui est du lieu en lui-même, optez pour une maison confortable avec une grande pièce à vivre. Il faut aussi suffisamment de chambres pour que chaque personne dispose d’un coin d’intimité si elle ressent le besoin de s’isoler quelques minutes. Et bien sûr, mieux vaut trouver un gîte avec extérieur. Si le temps le permet, pourquoi pas une location  de vacances avec piscine. Le plus important, c’est que tout le monde y trouve son compte et se sente à l’aise. Vivre loin de sa famille demande de la souplesse voire de la diplomatie. Donc, on tient compte des envies de chacun (sans rentrer dans les détails, car sinon on ne s’en sort plus !).

La question de l’argent…

L’argent représente le principal motif de fâcherie. Dès le départ, il convient d’être transparent et de se la jouer équitable. A vous de voir comment vous souhaitez diviser le prix de la location ou du gîte. Pour notre part, nous divisons à part égales suivant le nombre de foyer, et pas en fonction du nombre de personnes.

Ensuite, en ce qui concerne le budget nourriture et boissons, vous pouvez déléguer la tâche des courses à une personne, ou les faire tous ensemble le jour de votre arrivée. Mais pour que ça soit plus simple, je vous recommande de partager la liste des courses. Chacun s’occupe d’apporter quelque chose. Par exemple, la dernière fois, je me suis chargée du petit-déjeuner et des desserts pendant que ma mère réglait le problème des plats principaux. Bref, si tout le monde y met de la bonne volonté, ça marche à coup sûr. Et il n’y a aucune embrouille. Tant mieux, car vivre loin de sa famille, c’est déjà assez dur comme ça. Pas la peine d’en rajouter avec des prises de bec inutiles. Quand on se voit peu, il faut misez avant tout sur la qualité de l’échange !

Vivre loin de sa famille : comment faire avec un bébé ?

Il faut aussi prendre en compte le fait que l’on passe un week-end avec un tout-petit. Il n’est pas question de faire la fête jusqu’au petit matin, le son à fond ! Cela doit rester un week-end reposant et zen, où le plus important consiste à passer du bon temps en famille. Prévoyez une chambre pour bébé qui pourra se reposer en journée pendant la sieste. Question animation, préférez les promenades, les visites ludiques, les jeux d’extérieur… Apportez toute sorte de jouets : livres, ballon, porteur ou draisienne

D’autre part, il s’avère important de déléguer. C’est le moment où jamais pour en profiter. Ne soyez pas toujours derrière votre enfant, laissez-le jouer et s’amuser avec ses grands-parents, ses oncles et tantes. Lâchez du lest ! Ce week-end sert à renforcer les liens entre votre tout-petit et sa famille qui vit loin. Et pour vous, il s’agit de se reposer un peu. Les vacances, c’est bien fait pour ça, non ? Alors si mamie a envie de donner le goûter à bébé ou de changer la couche, un conseil : dites oui !

Lorsque vous rentrez de votre séjour, faites comme moi : développez quelques photos bien choisis du week-end et accrochez-les en évidence pour que bébé garde en mémoire ces bons moments. La fois d’après, il se souviendra de papy, mamie, tonton, tata… Et il prendra plaisir à jouer avec ses cousins. Bref, vivre loin de sa famille, c’est aussi passer de très bons moments avec les siens !

Et pourquoi c’est mieux que de recevoir chez soi ?

La question mérite d’être posée. Voici donc quelques arguments si jamais quelqu’un ne semble pas comprendre le concept :

Premièrement, chez soi, il faut de la place pour tout le monde. Alors, à moins de transformer son salon en terrain de camping

Puis, ça permet de changer d’air en même temps, et de visiter des petits coins sympas en France.

C’est aussi moins de travail. Parce qu’à la maison, il faut être sur tous les fronts lorsque l’on a des invités. Entre la préparation des repas, la vaisselle, le rôle de guide-conférencier devant les beaux monuments locaux… Bref, c’est pas de tout repos, surtout quand bébé a également ses exigences.

Ensuite, tout le monde met la main à la poche. Quand on reçoit chez soi, c’est plus délicat de demander une participation financière (ça fait pas poli et un peu radin, en résumé). Bien sûr, il y a le prix de la location à payer, et l’essence de la voiture aussi. Mais on s’y retrouve quand même.

Et il faut bien habituer bébé à d’autres cadres que la maison. Lui aussi, ça lui procure un bien fou de sortir un peu de sa routine.

Enfin, quand on parvient à conjuguer « vivre loin de sa famille » avec  « vivre sous le même toit pendant quelques jours », c’est le pied !

 

Laisser un commentaire