Contes urbains, contes anodins à Toulouse : la ville rose autrement

Si vous aimez les livres faciles à classer, oubliez tout de suite ! Contes urbains, contes anodins à Toulouse est un texte affranchi des étiquettes littéraires et des conventions. Il mêle photos en noir et blanc et mots d’inspiration poétique, pour nous faire découvrir la ville rose. Enfin, pas seulement… Ce qui est intéressant avec ce genre de livre complètement atypique, c’est qu’il existe une multitude d’angles de vue, autant que de personnes qui foulent le bitume chaque jour. Le temps de quelques pages, partons en promenade avec Stéphanie et Olivier respirer la ville.

Contes urbains, contes anodins à Toulouse, deux artistes dans la ville

 

Contes urbains contes anodins à Toulouse beau livre ville rose éditions Yucca Stéphanie Chaulot Olivier Veyret Ollen le photographe

 

Certains parleront de balade contée, d’autres de déambulation poétique. Des lecteurs aimeront à le classer parmi les beaux livres. Et si Contes urbains, contes anodins à Toulouse était tout ça à la fois. Ou alors, juste un livre, témoin d’un projet ambitieux, celui de conjuguer art visuel et littérature pour donner à chacun l’envie de créer.

Mais commençons par le début. Il y a d’abord un photographe toulousain, Olivier Veyret, alias Ollen le photographe. « L’artiste cabossé » du livre, c’est lui. Son ambition est de montrer Toulouse autrement, à travers son regard de citadin amoureux. Il aime le travail de Pierre Soulages, comme en témoigne son choix pour le noir et blanc. Ses photographies, brutes et douces à la fois, laissent une drôle d’impression, comme si nous étions réellement de la promenade. Ensuite, il y a Stéphanie Chaulot, auteure et directrice de Yucca, maison d’édition à Carmaux. Cette amoureuse de la nature et de la campagne assure la partie littéraire en s’inspirant des clichés.

Deux mondes en opposition, et pourtant… Il suffit parfois que deux artistes complémentaires se prennent la main pour qu’un projet hors norme éclose.

Contes urbains, contes anodins à Toulouse : comment rester indifférent ?

Ce genre de livre ne laisse personne indifférent. On aime ou pas. Mais impossible d’avoir un avis neutre. Ceux qui aiment les œuvres hybrides seront séduits par cet ouvrage à la croisée entre poésie et photographie.

Contes urbains, contes anodins à Toulouse ne se réduit pas à un dédale dans la ville rose. Il s’agit d’une parenthèse d’émotion dans une vie au rythme effréné. Une douce musique qui sublime la citée. Une ode à la vie urbaine. L’idée consiste à montrer Toulouse et la ville en général, sous un angle différent. A travers le regard de deux talents. Et c’est réussi puisqu’en tant que lecteur (ou promeneur embarqué), on se laisse bercer autant par la justesse des mots que par les photographies.

Cache-cache artistique dans la ville rose

Le début semble désillusionné. Dans un endroit inconnu (et redouté), qui n’a jamais eu le sentiment d’être perdu et jugé comme un intrus ? Et puis, au fil des pages, notre narratrice gagne en assurance. Après un jeu de cache-cache habile avec le photographe, celui-ci la prend sous son aile pour lui faire découvrir le charme de la vie citadine. L’écriture adopte plusieurs rythmes, en adéquation avec les photographies. L’art de vivre (le parc) prend le pas sur la vitesse (train, métro). Et de plus en plus, la joie s’invite sur les quais, laissant de côté le sale. Dans les mots, le lecteur ressent cette envie d’être pleinement vivant. Et ce n’est pas le Minotaure, installé à Toulouse, qui dira le contraire.

Beau livre sur ville rose Toulouse texte et photo Ollen le photographe éditions Carmaux Tarn Yucca Stéphanie Chaulot

 

Livre sur Toulouse la ville rose photographie inspiration poésie cadeau pour offrir toulousain

Dans Contes urbains, contes anodins à Toulouse, j’ai aimé l’histoire de ce doudou perdu devant une grille au bout d’une rue. Il va rejoindre les autres doudous oubliés allées François Verdier. Enfin, il y a l’enfant souche qui revient pour clôturer le livre. La boucle est bouclée. Une touche finale qui achève l’ouvrage en beauté.

Contes urbains, contes anodins à Toulouse de Stéphanie Chaulot (texte) et Olivier Veyret (photographie), éditions Yucca, 14 €.

 

Envie de découvrir un autre livre inspirant ? Retrouvez la critique d’Un développement très personnel de Sabrina Philippe.

 

Une réflexion au sujet de « Contes urbains, contes anodins à Toulouse : la ville rose autrement »

Laisser un commentaire